Primaire
citoyenne
de toute
la gauche

Pour une candidature unique pour gagner en 2017

Je serai tenu informé de la campagne de Gérard Filoche


Sans unité, rien de grand n’est possible

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Comme vous le savez, j’ai annoncé ma candidature à la primaire de toute la gauche et des écologistes. Je souhaite vous en expliquer les raisons.

Tous les éléments convergent pour que 2017 soit une catastrophe électorale. L’hypothèse d’un second tour de la Présidentielle entre la droite et l’extrême droite se renforce chaque jour. Les législatives qui suivraient seraient un désastre.

En dépit des différences qui peuvent exister au sein de la gauche, beaucoup reconnaissent les raisons de ce risque majeur.

Elles sont de deux ordres :

Il y a d’abord les résultats des élections municipales, cantonales, européennes, régionales. Avec un fort taux d’abstention de l’électorat de la gauche et des écologistes. Les listes socialistes ont perdu des millions de voix qui s’étaient portées sur François Hollande au premier tour en 2012. Les autres listes de gauche et des écologistes ont également perdu des voix.

La seule chance d’inverser cette situation c’est de travailler, de toute urgence, à un candidat unique de toute la gauche et des écologistes dès le premier tour afin d’assurer sa présence au second tour. Ce doit être l’enjeu d’une grande Primaire citoyenne à tenir en décembre.

Il y a ensuite les raisons de cette abstention massive. Elle est symptomatique d’une politique gouvernementale qui n’a pas répondu aux attentes exprimées par les Français en 2012.

Il faut le dire pour les petits salaires, les petites retraites, les précaires le changement n’a pas été au rendez-vous. Là réside la raison majeure de l’abstention de masse et le désamour de l’opinion vis-à-vis du Parti socialiste et par extension de toute la gauche.

Ni la finance responsable de la crise de 2008, ni l’Europe technocratique n’ont été remises en cause. Et ces derniers mois, le débat sur la déchéance de nationalité et la mise en cause du droit du travail ont creusé le fossé avec l’électorat de gauche, notre base sociale en tournant le dos à nos fondamentaux.

Enfin, l’utilisation répétée du 49-3 a aggravé la fracture démocratique.

Tous ces éléments militent pour établir une base commune, un pacte entre toutes celles et tous ceux qui le souhaiteront. Ce sera le socle d’une candidature unique à la Présidentielle et aux législatives qui suivront.

Voilà, en résumé, les raisons de ma candidature.
Je souhaite contribuer à la recherche d’un candidat unique à la Présidentielle. Je veux construire avec toute la gauche et les écologistes un socle commun de propositions que chaque candidat-e aux Primaires citoyennes pourra développer, décliner, enrichir en fonction de sa sensibilité propre.

Je veux engager toutes mes forces pour redonner confiance en la politique, en la possibilité du changement.

C’est pourquoi, dans la poursuite des mobilisations contre la loi travail, je crois nécessaire de s’adresser à la majorité de notre peuple à commencer par les petits salaires, les petites retraites, les jeunes, les précaires. Le social au cœur, ce doit être le premier axe d’une base commune.

La mobilisation des moyens d’une transition écologique digne de ce nom, en produisant autrement, dans le respect des ressources naturelles et de la justice sociale doit constituer le second axe.

Engager une marche résolue pour une rénovation démocratique et citoyenne vers une VIème République sera le 3 ème axe et desserrer l’étreinte de l’Union européenne néolibérale le 4 ème . Tout ceci mérite des échanges, un débat approfondi et public. Il peut mobiliser des millions de citoyens et redonner confiance. Je suis disponible et mobilisé en ce sens.

Je ne doute pas que chacune et chacun le soit également dans les prochaines semaines. C’est de notre avenir dont il s’agit, celui de la gauche mais surtout l’avenir de millions de nos concitoyens qui ne peuvent se permettre cinq années de droite.

Battre la droite en 2017, c’est se mobiliser maintenant ensemble. Sans unité, rien de grand n’est possible.

Avec mes cordiales salutations,

Gérard Filoche