Face à une droite bien à droite : il faut une gauche bien à gauche!

Communiqué

primaire-de-la-droite

Communiqué de Gérard Filoche

S’il y a un premier enseignement à tirer des primaires de la droite, c’est le nombre de votants. 4 millions, cela signifie que les citoyens de droite ont tenu à s’exprimer. Gageons que le peuple de gauche voudra lui aussi intervenir et peser dans les débats de la gauche. Les électeurs de gauche seront nombreux à participer à la primaire citoyenne des 22 et 29 janvier.

Deuxième enseignement : la plupart des familles de la droite étaient représentées à cette primaire, c’est aussi ce qui a attiré du monde. Respecter le pluralisme est toujours un atout dans une primaire. En revanche, à l’élection présidentielle elle-même, la dispersion en plusieurs candidatures est aujourd’hui synonyme d’échec assuré. Face à la droite unie et à l’extrême-droite, il faut un candidat unique de la gauche.

Troisième enseignement : la droite a voté « bien à droite ». Fillon propose un programme réactionnaire au sens premier du terme : thatchérien au plan économique et social, et une approche très « manif pour tous » au plan sociétal. Fillon est de fait en total décalage avec la majorité de la société française actuelle.

Si pourtant Fillon a ses chances en 2017, c’est que la politique de François Hollande a profondément déçu. Au-delà des électeurs de gauche convaincus (et qui votent à gauche quoiqu’il arrive), nombre de celles et de ceux qui avaient voté Hollande en 2012 risquent de s’abstenir en 2017 .

Pour inverser cette tendance à la démoralisation à gauche, il faut proposer un choix clair à la primaire citoyenne : un projet « bien à gauche » et de rassemblement de la gauche et des écologistes (sur la base d’un projet de mandature). C’est tout le travail que nous effectuons autour de l’appel des 100.

Ce qui vient de se passer renforce ma volonté de participer à la primaire citoyenne afin de porter la voix des salariés. Mais j’alerte aujourd’hui publiquement : je constate des obstacles croissants dans la remontée de parrainages qui m’avaient été pourtant promis.

Indéniablement des pressions existent pour écarter une voix, la mienne,  qui a dénoncé avec énergie les promesses non tenues et combattu la politique menée par les gouvernements de Manuel Valls et d’Emmanuel Macron. Je veux y défendre la nécessité d’une alliance rose-rouge-verte.

Mes amis ont demandé une entrevue à Jean-Christophe Cambadelis. Nous n’avons pas eu de réponse. C’est pourquoi j’en appelle aujourd’hui aux militants et sympathisants socialistes, et plus largement aux électeurs de gauche pour exiger une primaire citoyenne où toutes les sensibilités de la gauche puissent participer. C’est une des conditions du succès de la primaire citoyenne des 22 et 29 janvier.

Gérard Filoche

Bandeau-je-soutiens