Lettre ouverte à mes amis d’EELV

Communiqué

Lettre ouverte à mes amis EELV

« Il est encore possible que ce ne soit pas foutu »

Je voulais vous remercier de m’avoir invité, samedi 27 août, à vos journées d’été à Lorient. Vous m’avez donné l’occasion de débattre avec un nombre non négligeable de vos militants de l’avenir de la gauche, et dans l’atelier où j’étais, j’ai même eu le plaisir à la fin, parmi les 150 participants environ, d’obtenir un vote favorable à près de 75 % en faveur de « primaires de la gauche ». On m’a dit que vous aviez prévu, lors d’un vote majoritaire de ce type, de mettre la question à l’ordre du jour de votre Conseil national.

Croyez que je m’en réjouis. A mes yeux, vous apportez depuis longtemps des idées essentielles à toute la gauche et la crise écologique confirme l’importance de votre place. Je vous lis, réfléchis et discute attentivement de toutes les perspectives que vous dressez pour la défense de notre planète : lutte contre le réchauffement climatique, transition énergétique, protection de la biodiversité, agro-écologie… d’un point de vue général, la construction d’un nouveau modèle de développement.

Je sais aussi que vous écoutez et participez quand il s’agit de la défense, à mes yeux si décisive, du droit du travail et des salariés et que vous êtes totalement engagés contre l’ignominieuse loi El Khomri qui jette à la casse un siècle de code du travail. J’ai, pour ma part, milité pour un groupe rose rouge vert au Parlement. Je suis en théorie pour un grand parti de toute la gauche, démocratique. Je suis pour la proportionnelle depuis toujours. Je ne suis pas du genre « socialiste hégémonique » mais plutôt du genre systématiquement unitaire. Sans unité de la gauche, à mon avis, rien de grand ne s’est jamais fait et ne se fera.

Je suis avec attention vos débats actuels et vos procédures internes de désignation de votre candidat. Vous allez à coup sûr réussir et trouver le ou la meilleur(e) représentant(e) possible.

Mais une fois que cela sera fait, comment se trouvera toute la gauche, politique, syndicale, associative, jeune, citoyenne qui a été si forte, si nombreuse contre la loi El Khomri… face à l’échéance de la présidentielle ?

La droite tient des primaires pour passer de 12 à 1 candidat. Pendant ce temps, dans notre camp, certes légitimement divers, les postulants se multiplient, et nous tenons des primaires dans chaque parti pour passer à 3, 4, 5, 6, 7 candidats.

Pas besoin d’être visionnaire pour savoir qu’ainsi, à la fin, c’est foutu ! Nous serons absents au 2° tour et nous n’aurons le choix qu’entre LR et FN.

Certains s’y résignent : mais ceux qui paieront le prix d’une accélération vers la droite seront les plus vulnérables de notre société, ceux qui sont le plus frappés par l’urgence sociale.

D’autres parient même sur cette défaite, croyant sanctionner le PS alors qu’ils se sanctionneront eux mêmes du même coup.

D’autres encore croient, que « tant pis, on aura défendu nos idées ».

Je ne partage pas ce point de vue. En fait, nos programmes, nos idées, nos combats, nos candidats seront battus et balayés pour un bon bout de temps. Etre absent du 2ème tour, laisser s’affronter le FN et LR et être ainsi écrasés aura des répercussions immédiates, mécaniques, systématiques sur les législatives, il restera quelques députés socialistes, aucun Vert, aucun PCF, aucun PG… ce sera démoralisation de masse. Cinq ans de droite serait un désastre pour la transformation écologique et sociale du pays et de l’Europe.

Nous pouvons encore l’éviter.

Une grande primaire de toute la gauche en décembre et encore possible. La gauche du Parti socialiste, lors du CN du PS du 18 juin, a imposé à la direction de Jean-Christophe Cambadélis, une résolution unanime pour vous proposer une primaires aux conditions qui avaient été envisagées ensemble dans les multiples réunions unitaires sur ce sujet de janvier à avril.

Je cite : « Nous ne pouvons nous résoudre à ce que la gauche soit absente de ce débat qui engagera l’avenir de la France, et de la gauche…

Nous lançons un appel solennel au PCF et aux Verts : rassemblons nous à travers un débat loyal dans une primaire de toute la gauche…

Le PS reste disponible pour une primaire de toute la gauche les deux premières semaines de décembre comme cela avait été envisagée… »

Il s’agit bien de primaires en décembre co-organisées, aux conditions envisagées en commun !

Bien qu’ayant été amené à voter ce texte, J-C Cambadélis ne se bat pas beaucoup, il est vrai, pour les primaires de toute la gauche. Il faut dire qu’en décembre, avec Hollande, ce serait forfait ou KO. Il ne se présentera pas ou bien, il sera battu. Alors au prochain Conseil national du PS, le 2 octobre, ce sera une mini dead line, JC Cambadelis, en se donnant le beau rôle et sans regret, dira « Les Verts et le PCF n’ont pas répondu » alors « à défaut » nous organisons le 22 et le 29 janvier des primaires restreintes de la « BAP » (« Belle Alliance Populaire » sic, à mes yeux, elle n’est ni belle ni alliance, ni populaire).

Et ce sera foutu !

Qu’importent les scores et le contenu des campagnes des uns et de autres, aussi courageuses et brillantes soient-elles, tout sera oublié devant la présence de LR et du FN au second tour !

Tandis que si EELV et le PCF font un geste, un signe, une proposition, la direction du Parti socialiste sera obligée de réagir positivement et ce sera, à votre crédit, une grande nouvelle pour toute la gauche, tous y viendront, vous ouvrirez espoir, action, et je dirais, mobilisation quasi immédiate, car je n’exagère pas, des millions de citoyens intuitivement ont compris ce qui va arriver et désespèrent de la solution.

Croyez bien que si se rouvre la perspective d’une primaire de toute la gauche, ceux qui l’auront permise seront gratifiés, reconnus, et 3, 4, 5 millions d’électeurs se mobiliseront, ce sera un évènement qui changera toute la donne à gauche et changera aussi le rapport de force en faveur de la gauche contre la droite, nous pourrons gagner, sortir de ce piteux quinquennat sans passer par la droite et avec les moyens de gouverner ensemble, autrement.

Une plateforme commune ? C’est évidemment possible et rapidement, tout le monde en convenait à l’atelier de Lorient où vous m’avez invité. D’ailleurs, nous y travaillons ensemble depuis six mois avec « l’appel des 100 » pour y parvenir.

Une candidature commune ? C’est évidemment une construction démocratique, c’est à cela que servent des primaires, à appeler, hors des dirigeants et des seuls cercles militants, à choisir, en votant, non pas pour une étiquette mais pour celle ou celui qui saura le mieux défendre cette plateforme de gauche.

Là, ça ne sera pas foutu. C’est la seule méthode, la seule issue, le seul espoir pour que la gauche et les écologistes unis gagnent en 2017.

Voilà ce que je voulais vous dire. Et si votre direction souhaite en discuter, une séance d’échange et de travail prolongée, entre nous, permettrait d’étudier tous les aspects de cette question, que je ne peux approfondir ici sans rallonger abusivement.

Bien fraternellement,

Gérard Filoche

Bandeau-je-soutiens